• Cela fait quelques mois que je voulais prendre le temps d'expliquer mon organisation de classe...Cela fait maintenant deux ans que je fonctionne comme cela et j'ai pris beaucoup de plaisir à travailler avec mes élèves et à les voir réussir. 

    Avant d'entrer dans le détail, je vais d'abord vous exposer mes objectifs a priori :

    - amener les élèves à progresser à leur rythme

    - amener les élève à réussir et à se faire plaisir à l'école

    - amener les élèves à prendre conscience de leurs acquis et de leurs réussites

    - amener les élèves à devenir autonome

    - faire confiance à mes élèves et à leurs capacités

    - accepter que le Savoir ne provienne plus de l'enseignant exclusivement : les pairs, le matériel, ...

     

    Quel programme ! 

    * Tout d'abord, les grandes sections ont un plan de travail à la semaine. Ce plan regroupe des activités des différents domaines du programme. J'utilise un code couleur qui se retrouve dans la liste des attendus. Ce plan est présenté en début de semaine avec les GS (Les PS et MS curieux ont le droit de venir écouter et se faire envie ! ) J'insiste surtout sur le but de tâche et l'apprentissage en jeu dans l'activité : pourquoi je leur donne ce travail et ce qu'ils vont apprendre en le réalisant. Cela nourrit leur motivation, leur permet de faire lien entre les divers apprentissages et participe à la construction de leurs savoirs. 

    Chaque matin nous reprenons ce plan et ce sont les élèves eux-mêmes qui choisissent leur activité. Ils peuvent redonner les consignes à leurs camarades. Il se joue également quelque chose d'important dans ces moment là : revenir sur une activité déjà réalisée permet à l'élève de prendre conscience des stratégies mises en place pour réussir et verbaliser/expliquer participe à la construction des savoirs.

    Contrairement à ce que l'on pourrait penser, les élèves ne choisissent pas forcément les activités les plus faciles le premier jour. En leur faisant confiance, ils s'organisent, font des choix, se frottent à leurs difficultés et développent leur autonomie

    Une fois l'activité choisie, ils s'installent seuls ou par deux/trois et vont travailler en autonomie pendant environ 45 minutes à 1h. 

    Ensuite, au moment du regroupement un élève nous présente son travail, ce qu'il a appris

    Afin de permettre aux élèves de bien s'approprier cet outil, il est important de proposer en début d'année un plan avec des activités faciles où ils ne vont demander de l'aide en permanence. Il faut accepter de prendre le temps d'installer cet outil dans la classe.

    Le matériel qui est associé doit être facilement repérable dans la classe. Personnellement je regroupe sur une étagère le matériel qui sera utile pour la réalisation du plan. L'autonomie des élèves s'anticipe ! 

    Les petites et moyennes sections, après avoir profité de leur temps d'accueil, viennent s'asseoir sur l'ellipse qui est devant le tableau. Nous prenons connaissance de leur plan à eux.

    Cet affichage se construit au fur et à mesure de la semaine avec des traces, des photos, des mots, ... Chaque jour nous revenons sur le travail à réaliser et toujours, l'apprentissage en jeu, même dès la petite section. 

    Il est composé de trois colonnes : une activité avec l'atsem, une activité avec moi et une activité "tout seul".

    Le travail mené avec l'atsem et le travail autonome correspondent à des ateliers échelonnés. C'est à dire que pour une même activité, plusieurs niveaux de compétences sont possibles. Les élèves travaillent donc en fonction de leur propre rythme et pas en fonction de leur niveau de classe (PS ou MS). En prenant conscience de leurs acquis, ils vont choisir eux-mêmes le niveau de compétence travaillé. Les élèves ont aussi la possibilité de réitérer l'activité dans la semaine afin de stabiliser leurs apprentissages et de progresser. 

    Ces ateliers échelonnés sont associés aux brevets. J'ai utilisé au départ la trame des brevets du site Maternailes. J'ai repris le code couleur de la liste des attendus du programme. Voici quelques exemples : 

    Les ateliers échelonnés peuvent aussi être associés à une feuille de route.

       

    Etant construites sur le même modèle, elles sont rapidement utilisables en autonomie. 

    Quant au travail avec moi...Ce sont des ateliers individuels type Montessori ou des temps de langage individuels. Les ateliers individuels sont basés sur la classification : vie pratique, vie sensorielle, vie mathématiques et langage. Les fiches de suivi vont être disponibles prochainement sur le blog. Encore une fois, ces activités sont proposées en fonction du rythme de chacun mais aussi en fonction de leurs périodes sensibles... Un peu de théorie s'impose...

     

    Bilan ...

    Qu'il est agréable de voir tout ce petit monde travailler, apprendre et réussir ... avec ou sans moi !

    Cette organisation me permet de répondre à mes objectifs donnés a priori mais aussi me permet de dégager du temps pour observer cette ruche

    ... mais cela est une autre histoire...pour en savoir plus, voici le lien vers mon mémoire...

    .

     

    Pin It

    2 commentaires
  • Cela fait maintenant plusieurs années que j'enseigne dans une classe maternelle à trois niveaux et je constate chaque année que les niveaux des élèves sont de plus en plus hétérogènes. Au début, je prévoyais des activités propres à chaque niveau mais assez rapidement plusieurs choses m'ont posé problème : 

    - d'un point de vue pratique, il fallait préparer des activités pour chaque niveau, c'était rassurant au début mais fastidieux 

    - plus grave, les élèves en difficulté ou au contraire en avance ne trouvaient pas toujours leur place, il fallait donc que je leur prépare quelque chose de spécifique en plus déjà des trois niveaux...

    - le fonctionnement manquait de souplesse, tout le monde "devait" avancer au même rythme

    Donc après plusieurs mois de réflexion, de recherches sur le net (il existe pas mal de choses dans le domaine, mais cela ne correpsondait jamais tout à fait à ce que je souhaitais faire), j'ai mis en place mon nouveau système

     

    * Tout d'abord, j'ai identifié dans ma semaine des temps d'activités dirigées, où les élèves sont avec l'enseignante (avec moi donc !) et où l'on aborde une notion nouvelle. Et des temps de travail individualisé, où les élèves travaillent en autonomie ou autonomie relative (présence possible de l'ATSEM). 

    Pour la répartition de ces temps, voir l'emploi du temps.

    Pendant les temps d'activités dirigées, nous abordons les nouvelles notions, dans tous les domaines des programmes.

    En ce qui concerne les temps de travail individualisé, j'ai choisi plusieurs "domaines d'activités" : ARTS VISUELS (avec l'atsem), LANGAGE ORAL, DECOUVRIR L'ECRIT, MOTRICITE FINE, DECOUVERTE DU MONDE espace, DECOUVERTE DU MONDE temps, DECOUVERTE DU MONDE nombres et quantités, DECOUVERTE DU MONDE sciences et DECOUVERTE DU MONDE jeu de construction. 

    * A partir de là, j'établis une sorte de programmation sur ma période. Certaines activités se poursuivent sur plusieurs semaines comme par exemple lorsque j'aborde les tableaux à double entrée, on peut retrouver cette actvité 2 ou 3 semaines consécutives. Il peut aussi y avoir des activités uniquement sur une semaine, comme par exemple un réinvestissement en graphisme.

    * Au niveau organisation, j'ai un petit tableau blanc magnétique qui ne sert qu'à cet usage. J'affiche le plan de travail de la semaine le lundi matin. Je choisis 6 domaines d'activités pour la semaine parmi ceux cités ci-dessus. J'essaye que la répartition soit équilibrée entre découverte du monde et le reste. Et il y a systématiquement une activité arts visuels. Voilà les étiquettes correspondantes qui sont affichées au tableau (étiquette plastifiée et aimantée ; code couleur que l'on retrouve sur les étiquettes acitvités et sur mes suivis de plan de travail) :

    Pourquoi ? pour qui ?

    Télécharger « Etiquettes domaines »

     

     

     

     

     

    Ensuite, parmi ces domaines je choisis les activités qui seront à faire pendant la semaine : par exemple en "découverte de l'écrit", cela peut-être "écrire les prénoms des camarades à l'ordinateur" ; en "motricité fine" du découpage de formes arrondies ; etc ... Bien sûr ce choix d'activités ne se fait pas au hasard ou selon mon humeur... mais cela répond à nos projets de classe du moment et/ou surtout à mes progressions et programmations. 

    Sous les étiquettes "domaines", j'affiche le nom de l'activité à faire :

    Pourquoi ? pour qui ? Pourquoi ? pour qui ?
    Pourquoi ? pour qui ? Pourquoi ? pour qui ? Pourquoi ? pour qui ?

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Je me garde quelques étiquettes vierges sur lesquelles je peux écrire au feutre effaçable le nom du travail.

    * Je reviens sur le nombre d'activités pour la semaine : j'ai 6 temps de travail dans la semaine pour les grandes sections et 4 pour les moyens. Les GS ont donc 6 activités à réaliser et les MS 4. 

    La différenciation ne se fait pas au niveau du nombre d'activités mais au sein de l'activité même. Je m'explique : un grande section en difficulté touchera à tous les domaines dans la semaine mais par exemple si il y a une activité d'activité d'écriture, il ira à son rythme dans cette activité là (en utilisant sa feuille de route... j'y viens j'y viens !!!)


    Il n'est donc pas pénalisé vis à vis de ses camarades.

    * Certaines activités sont limitées en place : je n'ai que 3 ordinateurs (c'est déjà bien!) donc lorsqu'il y a un travail sur ordinateur, le nombre de place est précisé ; idem pour les arts visuels (entre 6 et 8).

    * Chaque élève possède un plan de travail individuel pour la semaine sur lequel il retrouve le même affichage qu'au tableau, format A4. Voici un exemple de l'an dernier (charte graphique va changer cette année...) :

    Pourquoi ? pour qui ?

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Chaque jour, au moment voulu, les élèves s'inscrivent en plaçant leur étiquette prénom (plastifiée et aimantée) sous le travail qu'ils souhaitent réaliser. L'activité se déroule et ensuite ils barrent sur leur plan de travail ce qu'ils ont fait. 

    Je présente en début de semaine le plan de travail. Il est vrai que ce moment peut être un peu long en début d'année. Mais assez rapidement les élèves comprennent ce qu'il va falloir faire car j'illustre l'activité et certaines activités reviennent plusieurs semaines de suite.

    Les plans de travail sont rangés au même endroit, je regarde ce qui a été fait chaque jour et à la fin de la semaine, je pointe la feuille. Celle-ci est ensuite rangée dans leur pochette.

    * Pour un certain nombre d'activités, les élèves ont une feuille de route (je n'ai donc pas de "brevets"). Cette feuille peut être tulisée plusieurs semaines mais aussi sur plusieurs années (puisque j'ai les trois niveaux de la maternelle). J'en ai trouvé plein sur le net. L'idée est d'utiliser au maximum tous les jeux et le matériel pédagogique disponibles dans la classe. 

    Quelques exemples de feuilles de route (elles seront téléchargeables dans l'item "feuilles de route"):

    Pourquoi ? pour qui ?

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pourquoi ? pour qui ?

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pourquoi ? pour qui ?

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    * Afin de planifier les activités et de m'y retrouver , j'ai un tableau comme celui-ci  :

    Pourquoi ? pour qui ?

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Télécharger « travail individualisé »

    Et chaque semaine, je pointe lorsque les élèves s'inscrivent sur cette feuille afin de savoir qui fait quoi :

    Télécharger « suivi plan de travail »

    Questions sur le dispositif et bilan après fonctionnement :

    Volà mes doutes et les questions que je me posais : 

    "Les élèves vont toujours s'inscrire à la peinture et vont rechigner à faire les autres activités !" . Eh bien non ! Figurez-vous qu'ils prennent grand plaisir à choisir leur activité (leur choix est relatif car c'est quand même moi qui détermine les activités de la semaine... ). Ils sont acteurs dans leurs apprentissages et je ne leur impose pas tel jour de faire telle chose. Et du coup, cela change tout ! Ce système allie liberté de choix pour l'élève mais aussi rigueur car il ne peut pas ne rien faire et ne peut pas faire que de l'ordinateur toute la semaine. Il faut aussi qu'il comprenne qu'il est à l'école et que cela fait aussi partie de son rôle d'élève. 


    "J'ai peur que les élèves ne fassent rien surtout s'ils sont en autonomie". Encore non ! Les élèves comprennent que je leur fait confiance et qu'ils vont mener à bien le travail à réaliser. Il faut accepter de quitter un système classique d'ateliers tournants, remettre à plat ses pratiques mais cela vaut le coup.


    L'ambiance de classe : l'ambiance de classe est devenue sereine, moins bruyante. Je peux travailler tranquillement avec un autre groupe sans être dérangée sans cesse par le bruit ou les questions des élèves. Les élèves sont répartis en petits groupes non homogènes, les moyens et les grands sont mélangés. Il est possible que 2 élèves fassent du graphisme, 3 de la peinture, ... etc. Certe cette organisation nécessite une anticipation au niveau matériel ! 

    Les élèves en difficulté : ce qui me paraît le plus important, c'est l'évolution des élèves en difficulté. J'ai pu voir cette année que ce dispositif permet à ces élèves de reprendre confiance en eux, d'avoir le goût de l'effort et du travail et au final, les écarts tendent à s'amenuiser ! 

     


    Voilà, j'en ai fini avec mes explications. Si ce n'est pas très clair, n'hésitez pas à me laisser un commentaire ! 

     

    Pin It

    20 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique